Le CEFRI, qu’est-ce que c’est ?

 

 

CEFRI, qu’est-ce c’est ?

Le CEFRI est le Comité français de certification des Entreprises pour la Formation et le suivi du personnel sous Rayonnement Ionisant. Il a été créé en 1990 par les professionnels de l’industrie nucléaire.
Il associe les Exploitants (CEA, AREVA NC, la Défense et EDF), le Groupe Intersyndical de l’Industrie Nucléaire (GIIN), l’Institut de Radioprotection et Sûreté Nucléaire (IRSN), la Société Française de Radioprotection (SFRP), la Caisse Nationale d’Assurance des Travailleurs Salariés (CNAMTS) et les Médecins du Travail.

 

Quelles sont ses missions et objectifs ?

Dans le cadre réglementaire, le CEFRI a pour mission de définir et gérer un système français de certification des entreprises intervenantes employant du personnel de catégorie A ou B travaillant dans les installations nucléaires, mais aussi, des entreprises de travail temporaire mettant à disposition du personnel de catégorie A ou B. Mais aussi des organismes dispensant des formations aux personnels intervenant dans des établissements comportant au moins une INB ou une installation individuelle dans le périmètre d’une INBS, des organismes de formation de la personne compétente en radioprotection.

 

Le CEFRI a trois objectifs, le premier étant de contribuer pour le personnel à l’amélioration de la prévention des risques liés aux travaux dans les installations nucléaires et, d’une façon plus générale, dans les installations où il existe un risque lié aux rayonnements ionisants, en particulier dans le domaine de la radioprotection.
Il permet également aux entreprises intervenant sur les marchés du nucléaire de faire la démonstration objective des actions de prévention qu’elles mènent.
Enfin, il améliore pour les entreprises intervenant sur les marchés du nucléaire leur accès aux marchés européens et internationaux.

 

RAPPEL :
Si on reprend l’article R4451-57 :

« I.-Au regard de la dose évaluée en application du 4° de l’article R. 4451-53, l’employeur classe :
1° En catégorie A, tout travailleur susceptible de recevoir, au cours de douze mois consécutifs, une dose efficace supérieure à 6 millisieverts ou une dose équivalente supérieure à 150 millisieverts pour la peau et les extrémités ;
2° En catégorie B, tout autre travailleur susceptible de recevoir :
a) Une dose efficace supérieure à 1 millisievert ;
b) Une dose équivalente supérieure à 15 millisieverts pour le cristallin ou à 50 millisieverts pour la peau et les extrémités.
II.-Il recueille l’avis du médecin du travail sur le classement.
L’employeur actualise en tant que de besoin ce classement au regard, notamment, de l’avis d’aptitude médicale mentionné à l’article R. 4624-25, des conditions de travail et des résultats de la surveillance de l’exposition des travailleurs. »